•    Citation 1   

    Citation 2

    Citation 1

     

     

    « D’une certaine façon, la mort n’existe pas : elle est contenue dans la vie, elle n’est qu’un changement de plan et de vêtements, afin que nous progressions dans la compréhension de la vie.

    Chaque fois qu’un comédien doit interpréter un nouveau rôle, il change de costume, mais aussi de partenaires, et ce nouveau rôle lui apprend quelque chose de plus sur lui-même et sur les autres. Eh bien, nous non plus, nous ne pouvons pas nous éterniser dans un rôle et, après un certain temps, nous devons quitter la scène du monde. On appelle cette sortie de scène la mort, mais en réalité seule existe la vie ininterrompue. Le comédien continue à vivre après le spectacle… Il faut s’habituer à voir l’existence comme une continuité. Les humains ont la mauvaise habitude de tracer partout des frontières : frontières entre le spirituel et le matériel, entre la veille et le sommeil, entre la vie et la mort… Non, l’existence est une.
     

     

    L’homme, comme l’univers, est composé de différentes régions, et ces régions sont ses différents corps : physique, astral, mental, causal, bouddhique puis atmique, faits d’une matière de plus en plus subtile.
     
    Au moment de la mort, l’homme quitte son corps physique, puis monte dans chaque plan.

     



    Le plan astral :


    Ainsi,  après la mort, l’homme doit subir tout le mal qu’il a fait aux autres dans le plan astral qui est le plan des sentiments, et souffrir pour chaque transgression qu’il a commise. Ce n’est pas que l’Énergie universelle veuille se venger ou le punir, mais elle a simplement établi des lois que l’homme doit apprendre à respecter afin de progresser sur le chemin de l’évolution. Et si elle nous oblige à passer par des souffrances identiques à celles qu’on a infligées aux autres, c’est parce que c’est le seul moyen pour devenir conscient de nos actes, pour comprendre ce qu’on a fait et pour chercher à se corriger.

    Il vous est sans doute arrivé de faire des cauchemars : vous avez remarqué que, le plus souvent, ce cauchemar s’interrompait soudain parce que vous vous réveilliez en sursaut, et alors tout content de vous retrouver bien à l’abri dans votre corps physique, vous vous êtes dit : « heureusement, ce n’était qu’un rêve ! » Pourquoi ce réveil en sursaut ? Parce que, subconsciemment, vous savez que pour vous défendre des êtres ou des forces hostiles du plan astral, vous devez rentrer dans votre corps physique, qui est comme une forteresse où vous pouvez vous abriter et leur échapper. 

    Pendant notre existence terrestre, notre corps physique est comme une carapace qui nous empêche de sentir la réalité du monde psychique. Mais au moment où la mort nous détache du corps physique, on se retrouve dans le plan astral, et là on ressent tout avec beaucoup plus d’intensité.

    Si, sur la Terre, on a pu rester insensible aux pensées des autres, à leurs sentiments, à leurs paroles, ou échapper aux poursuites des tribunaux, là ce n’est plus possible, car dans le plan astral on est mit en face de tout le mal qu’on a commis… et comme on ne peut trouver aucun refuge nulle part, puisqu’on n’a plus le corps physique qui nous protège et nous insensibilise, on est obligé d’éprouver exactement les souffrances qu’on a nous-mêmes infligées aux autres. Et il n’y a rien de plus terrible que d’être nu et vulnérable dans le plan astral.
     
    On peut donc dire que l’Enfer n’est rien d’autre qu’un état de conscience vécu très intensément dans le plan astral. Mais une fois purifié par la souffrance, l’homme peut enfin se libérer. Ainsi, ce que l’on appelle l’Enfer n’existe pas car il n’existe pas de lieu de châtiments éternels, il serait plus exact de l’appeler Purgatoire, puisque le Purgatoire est un lieu où l’on vient « se purger », c’est à dire se purifier. Et cette purification s’accompagne évidemment de souffrances. 

    Ne croyez pas que ce soient là seulement les inventions d’un clergé qui, pour assurer son autorité, avait besoin d’impressionner les esprits faibles et crédules. Les plus grands Maîtres de l’humanité l’ont toujours dit.

    Le temps que l’on passe dans ces régions inférieures du plan astral dépend de la gravité de nos fautes. Celui qui ne s’est pas rendu coupable de transgressions graves franchit rapidement cette étape, alors que pour d’autres elle dure beaucoup plus longtemps. 

    Quand on a payé exactement nos dettes dans l’astral inférieur, on entre alors dans la région de l’astral supérieur et là, on vit dans la joie, l’émerveillement à cause du bonheur qu’on a donné aux autres sur la terre. Tout ce qu’on a fait de bon pour eux : les aider, les encourager, leur donner de l’espoir, éveiller en eux la foi et l’amour, on doit le vivre aussi dans l’astral, afin d’être récompensé.

    Et c’est là que commence le Paradis.


    Le plan mental :
     

    Ensuite, on monte dans le plan mental parce que, là aussi, quelque chose nous attend. Celui qui fait du bien, comme celui qui fait du mal, n’est pas toujours conscient de ses actes : instinctivement, sans même y penser, on apporte l’aide et la joie aux autres, ou alors le découragement et les ennuis. Mais l’Énergie universelle veut que l’homme se connaisse dans le bien comme dans le mal afin d’apprendre les lois. C’est pourquoi, après sa mort, il faut que ce bienfaiteur ou ce malfaiteur inconscient non seulement sente, mais voie et comprenne ce qu’il a fait.


    Là aussi il a des choses à comprendre pour pouvoir persévérer avec encore plus de conviction dans la voie du bien… car il ne suffit pas d’agir correctement, il faut apprendre à agir en connaissance de cause et donc connaître le fonctionnement des lois qui régissent l’univers. Alors, quand on pénètre ensuite dans le plan mental supérieur, où on découvre en détail le bien qu’on a fait et comment ce bien a agit sur les autres, on est émerveillé.
       

    Le plan causal :


    Ensuite, on s’élève encore et on pénètre dans la région du plan causal… là, tous les trésors de la sagesse nous sont offerts, les mystères nous sont révélés. 
     

    Le plan bouddhique :


    Quand on arrive dans le plan bouddhique, on s’unit à l’Âme universelle, on vit une vie de bonheur indescriptible dans l’amour et la beauté. 
     

    Le plan atmique :


    Enfin, ce qu’on découvre quand on accède au plan atmique, il n’y a pas de mots pour l’exprimer : c’est la fusion complète avec l’Énergie universelle. 
     

    Puis l’homme doit redescendre pour se réincarner :


    Mais l’être humain ne peut pas rester indéfiniment dans cet état de béatitude, car il doit se réincarner afin de faire d’autres expériences et poursuivre ainsi son évolution. Il repasse donc en sens inverse par les mêmes régions en prenant dans chacune des matériaux dont il se fait un vêtement, c’est à dire un corps de plus en plus dense au fur et à mesure de sa descente dans la matière. Et quand il arrive dans le plan physique, c’est à dire quand il naît, il ne se souvient plus de rien, ni de ce dont il a souffert, ni de ce dont il s’est réjoui, ni de ce qu’il a appris. Mais tout est là, accumulé en lui, et il en retrouve la mémoire s’il en a le désir sincère et s’il accepte de s’instruire et de respecter certaines règles de vie.

      
    Tout est enregistré :


    Il n’est certainement pas donné à tous de pouvoir faire sortir de la profondeur de leur être le souvenir de ce qu’ils ont vécu dans l’au-delà, mais chacun est capable de comprendre et même de sentir que toutes les manifestations de sa vie psychique s’enregistrent en lui.
     
    La nature a dépassé depuis longtemps les plus grands électroniciens : elle a placé à la pointe de notre cœur une sorte de « bande magnétique » faite d’une matière extrêmement subtile… cette bande magnétique, qui est de la taille d’un atome, tourne durant toute notre vie et enregistre tout ce qui se passe en nous. Quand on part dans l’autre monde, on se détache de notre corps physique, mais on emporte cette petite bande, et au moment où l’on comparaît devant nos Juges, ils nous invitent en silence à contempler le film de notre vie. On revoit alors tout en détail, et là, impossible de se cacher quoi que ce soit.  
     

     Réparer nos erreurs dans chaque région :


    Mais ce n’est pas parce qu’on a souffert dans le plan astral qu’on peut considérer qu’on a expié nos fautes. Pour les expier totalement, on doit les réparer. Car notre véritable évolution se fait sur la Terre. Même celui qui, à cause de ses crimes, est allé souffrir longtemps dans ce que les chrétiens ont appelé Purgatoire ou Enfer, doit revenir sur Terre pour réparer le mal qu’il a fait. Oui, il ne suffit pas de souffrir, la souffrance n’est pas une réparation pour le mal que l’on a commis. Il existe une loi d’après laquelle on doit réparer nos erreurs dans toutes les régions de l’univers où ces erreurs ont produit des dégâts. Si on avait déjà expié nos fautes dans le plan astral, pourquoi devrait-on redescendre sur la Terre ?... Puisque c’est sur la Terre qu’on a commis des crimes, c’est sur la Terre qu’on doit retourner pour réparer. Ce n’est qu’à cette condition que la réincarnation a un sens. »

     

    Omraam Mikhaël Aïvanhov 

     Voix paranormale n° 7

       1984 : le président des États-Unis lui témoigne toute sa sympathie  

     

    Article 1

     

    Traduction :

     

    " Pour Mikhaël Aïvanhov, avec mes meilleurs voeux. Ronald Reagan "

     

    Article 1

     


    votre commentaire
  •     Citation 2   

    Citation 2

     

     

    « Vous avez fait du tort à quelqu’un et vous allez lui présenter des excuses. C’est très bien, mais cela ne suffit pas : vous devez encore réparer les dégâts. C’est de cette façon seulement que vous serez quitte. Dire à celui que vous avez lésé : « Je suis navré, pardonnez-moi… » c’est insuffisant, et la loi divine vous poursuivra jusqu’à ce que vous ayez réparé le mal que vous avez fait. Vous direz : « Mais si cette personne que j’ai lésée me pardonne ? » Non, la question n’est pas réglée si facilement, car la loi est une chose et la personne en est une autre. Même si la personne vous a pardonné, la loi, elle, vous poursuit jusqu’à ce que vous ayez réparé.


    Évidemment, celui qui pardonne fait preuve de noblesse, de générosité, il se libère des tourments, des rancunes qui le maintenaient dans les régions inférieures du plan astral. Si Jésus nous demande de pardonner à nos ennemis, c’est pour que nous arrivions à nous libérer des pensées et des sentiments négatifs qui nous désagrègent. Mais le pardon ne règle pas la question : le pardon libère les victimes, ceux qui ont subi des préjudices, mais il ne libère pas les coupables, ceux qui ont commis les fautes. Pour se libérer, le coupable doit réparer. »

     

    Omraam Mikhaël Aïvanhov 

     


    votre commentaire
  •     Citation 3   

    Citation 2

    Citation 3

     

    « La vie après la mort n’est qu’une continuation, sous une autre forme, de la vie présente et elle se prépare donc maintenant.

    Quelques jours après que l’âme ait quitté le corps, elle est définitivement séparée de lui. Tout ce que vous aurez fait de bon et de beau sur la terre, vous pourrez continuer à construire quelque chose dans l’autre monde. Il ne suffit pas que votre âme soit libérée du corps pour que vous connaissiez la paix, la joie, la lumière dans l’au-delà. La paix, la joie, la lumière ne seront que la conséquence de ce que vous aurez été capable de réaliser pendant votre existence terrestre.

    Vous voulez savoir où vous irez en quittant la terre ? C’est simple : vous serez naturellement attiré par les régions vers lesquelles, tout au long de votre existence, vous aurez dirigé vos désirs. Si vous employez vos énergies à demander l’intelligence, l’amour, la beauté, et à les réaliser dans cette vie, soyez absolument sûr qu’aucune force ne pourra vous empêcher d’aller les trouver dans ces régions auxquelles votre cœur aspire. Celui qui, refusant l’idée d’une vie après la mort se permet toutes sortes de transgressions pour satisfaire ses convoitises, n’a aucune idée des souffrances qui l’attendent dans l’au-delà. Tandis que celui qui cherche à se mettre chaque jour en accord avec les lois divines, entre en relation avec les esprits de la lumière, et ces esprits viennent s’installer en lui : puisqu’il les a attirés, ils créent avec lui une association. Plus tard, quand il quittera la terre, quand son corps physique se désagrégera et que toutes les particules qui le composent iront à nouveau rejoindre les quatre éléments, il se retrouvera dans l’autre monde en compagnie des esprits qu’il avait attirés. Ainsi, sans le savoir, sans connaître encore tous les amis qui en feront partie, chacun de vous est en train de travailler à former la société dans laquelle il vivra dans l’au-delà. Voilà l’explication de ce que les religions ont appelé l’Enfer et le Paradis. »

     

    Omraam Mikhaël Aïvanhov 

     


    votre commentaire
  •    Citation 4   

    Citation 2

     

    « Pour beaucoup de croyants il est difficile d’admettre que Dieu, qui est tout-puissant, ne se décide pas, enfin, à anéantir les esprits du mal qui viennent les tenter et les induire en erreur. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que ces esprits ont aussi le droit de vivre. Dieu ne punira jamais les esprits du mal de chercher à égarer les humains. C’est à eux, les humains, de ne pas tomber dans leurs pièges ; c’est à eux d’être plus éclairés, plus forts ; c’est à eux de comprendre où est leur véritable intérêt, de se rendre compte pourquoi il vaut mieux prendre telle direction plutôt que telle autre et avoir la volonté de marcher dans cette direction.

    Serait-il réellement avantageux pour l’être humain d’être poussé malgré lui sur la voie du bien, de la lumière, et de rester quoi qu’il fasse à l’abri des tentations et des chutes ?… Le Créateur et les esprits célestes le laissent chercher librement son chemin, pour qu’il développe sa conscience et apprenne à devenir responsable de ses orientations.  »

     

    Omraam Mikhaël Aïvanhov 

     


    votre commentaire
  •    Citation 5   

    Citation 2

    Citation 5

     

    « Le Bonheur ne dépend pas des évènements extérieurs, mais de notre bonne compréhension des choses. Le grand amour, le succès, la fortune, la gloire, voilà l’image que les humains se font du bonheur, et ils les attendent. S’ils tardent à venir, certains vont consulter des astrologues qui leur disent : « Mais oui, l’amour viendra, le succès viendra… dans six mois, dans un an, quand se produira tel transit ou telle conjonction de planètes, vous rencontrerez quelqu’un, vos affaires s’arrangeront. » Alors, les voilà rassurés, et ils continuent à attendre…

    Eh bien non, le bonheur n’est pas quelque chose qu’on peut se contenter d’attendre comme ça de l’extérieur. Le bonheur est avant tout un état de conscience qui dépend de notre bonne compréhension des choses. Il ne faut pas s’imaginer que nous sommes venus sur la terre pour y voir se réaliser tous nos désirs. Nous sommes sur la terre pour apprendre et nous perfectionner. Or, comment se perfectionner, sinon en rencontrant chaque jour de nouveaux problèmes à résoudre ? Voilà, il faut que ce soit bien clair : la terre est une école et, comme dans toutes les écoles, seuls ceux qui apprennent progressent et découvriront ce qu’est le vrai bonheur. »

     

    Omraam Mikhaël Aïvanhov 

     


    votre commentaire
  •    Citation 6   

    Citation 2

    Citation 6

     

    « Armez-vous des armes de l’amour, personne ne pourra jamais vous reprocher d’avoir utilisé de telles armes. Si vous trouvez qu’elles ne sont pas suffisamment efficaces, c’est qu’en réalité votre amour n’est pas assez puissant. Alors renforcez-le et un jour tous seront obligés de se rendre. »

     

    Omraam Mikhaël Aïvanhov 

     


    votre commentaire
  •    Citation 7   

    Citation 2

     

    « Prendre et donner... Ces deux mots résument deux conceptions de la vie.

    On peut dire que matériellement, affectivement, mentalement, la majorité des humains pensent surtout à prendre : les situations, les évènements, les êtres ne les intéressent vraiment que dans la mesure où ils auront là quelque chose à prendre. Il ne faut donc pas s'étonner s’il y a encore tant de guerres et de misères dans le monde.

    Mais vous, si vous voulez vraiment qu’il reste quelque chose de bon de votre passage sur la terre, habituez-vous à donner.

    Regardez une source : les animaux viennent s’y désaltérer, auprès d’elle les plantes et les arbres poussent et les hommes construisent leurs demeures. Pourquoi ? Parce qu’elle ne cesse de donner à tous son eau pure. La source nous apprend qu’il existe une seule véritable méthode pour créer et entretenir la vie, c’est de donner, donner ce que nous avons de meilleur dans notre cœur et dans notre âme.

    Vous direz : « Mais pourquoi toujours donner ? Tellement de gens sont ingrats ! Ils ne reconnaissent même pas ce qu’on leur donne. » Eh bien, tant pis pour eux s’ils sont ingrats : ils resteront pauvres ; et tant mieux pour vous si vous êtes une source abondante : c’est vous qui serez riche ! »

     

    Omraam Mikhaël Aïvanhov 

     


    votre commentaire
  •    Citation 8   

    Citation 2

    Citation 8

     

    « Puisque les êtres humains sont vos frères et vos sœurs, cherchez comment les aider et leur manifester votre amour sans rien attendre en échange.

    En faisant cela, vous avez déjà la récompense : cette dilatation intérieure, cette chaleur qui vous comblent lorsque vous aimez. Voilà votre récompense ; il n’en existe pas de plus grande dans la vie. Votre cœur devient alors comme une source d’eau vive.

    Les humains attendent toujours d’être récompensés pour le bien qu’ils ont fait. Mais celui qui a compris le secret de l’amour n’attend rien. Il ne pense même pas qu’on puisse lui donner quoi que ce soit en retour, car il goûte déjà un bonheur que rien d’autre ne pourrait lui apporter. Comme il ne lui manque rien, il n’attend rien, il nage dans la joie, il rayonne, et ainsi il gagne la confiance de quantités d’amis. Où trouverez-vous une plus grande récompense que celle-là ? »

     

    Omraam Mikhaël Aïvanhov 

     

     


    votre commentaire
  •    Citation 9   

    Citation 2

    Citation 9

     

     

    « Quelle que soit la vie qu’il a menée, quelles que soient ses erreurs, quand vient le moment de quitter la terre, chacun peut au moins s’efforcer de partir dans un esprit de paix, d’harmonie, de réconciliation avec tous les êtres, et particulièrement avec Dieu, son Père céleste.

    Dans la religion chrétienne, c’est le sens de l’extrême-onction.

    L'extrême-onction, ce sacrement que le prêtre administre au mourant, est fondé sur un vrai savoir : l’état intérieur dans lequel un être humain vit ses derniers moments détermine la voie qu’il va suivre dans l’autre monde, et il joue aussi un rôle important pour sa prochaine incarnation, donc pour son avenir lointain.

    L’extrême-onction est une possibilité donnée au chrétien de quitter la terre dans les meilleures conditions; mais comme tous les sacrements, il n’est pas indispensable en tant que rite. Il est destiné à aider les croyants qui le reçoivent. Mais même sans avoir reçu ce sacrement, chaque âme peut vivre ses derniers instants dans la lumière. »

     

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

     


    votre commentaire
  •    Citation 10   

    Citation 2

    Citation 10

     


    « Les esprits de la lumière n’usent jamais de violence à l’égard des humains, ils ne s’imposent pas, ils ne vont jamais s’installer chez celui qui ne les invite pas. Les esprits des ténèbres, au contraire, insistent, s’imposent et se cramponnent.

    Si vous voulez recevoir la visite des anges, c’est donc à vous de les inviter en leur disant : « Je suis ici le propriétaire, et c’est moi qui vous invite. Vous pouvez disposer de tout, vous êtes ici chez vous. » Quand ces êtres lumineux sentent qu’ils réalisent le souhait du propriétaire, ils entrent, et même, pour entrer ils peuvent devenir audacieux ; ils se jettent sur les entités ténébreuses qui sont encore là en train de rôder en vous et ils les chassent. Puisqu’ils ont l’autorisation d’entrer, ils sont tout à fait en mesure de s’imposer. Mais tant que le maître ou la maîtresse de la maison ne les a pas invités, ils n’entrent pas, ils respectent sa volonté.
    »

     

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires